Chargement en cours
Une question ?
Rejoignez-nous :
SELARL IKOS AVOCATS
  • 20 Rue Albert Thomas
    94500 Champigny-sur-Marne
  • 01 48 82 15 15
Voir en ligne

Pour ne manquer aucune de nos actualités ou évènements, inscrivez-vous à notre newsletter :

Merci d'avoir confirmé votre adresse email. Vous continuerez de recevoir nos actualités et offres promotionnelles.

REFORME DE LA JUSTICE

categorie 1

Créteil : un cahier de doléances contre la réforme de la justice

Fanny Delporte et Corentin Lesueur

21 janvier 2019, 15h36 | MAJ : 21 janvier 2019, 15h54


Créteil, ce lundi. Nouvelle mobilisation des avocats du Val-de-Marne qui ont ouvert un cahier de doléances à destination des "justiciables". DR

Particuliers et professionnels peuvent consigner leurs récriminations contre le texte, voté mercredi à l’assemblée nationale.

A midi, les grandes pages d’écoliers restaient vierges. Les avocats du barreau du Val-de-Marne, vent debout contre le projet de loi justice, veulent pourtant en faire le nouveau relais de leurs doléances, alors que le vote solennel de la réforme est prévu mercredi à l’assemblée nationale. Professionnels et particuliers peuvent désormais consigner leurs récriminations dans le cahier ouvert lundi au TGI de Créteil, à l’issue du « petit-déjeuner », rendez-vous hebdomadaire instauré en opposition au texte défendu par Nicole Belloubet.

Présente à la réunion, Me Isabelle Kistner préfère retenir les six feuilles de signatures glanées en soutien à leur pétition. « Ça ne suffit pas d’avoir les justiciables avec nous », tempère l’avocate, qui a constaté qu’ils étaient « très peu informés de cette réforme ».

Me Fatma Hajjaji n’a pas encore pris la plume, mais ça ne saurait tarder. L’avocate tonne contre « l’opacité dans les informations divulguées » sur une « réforme qui va éloigner un peu plus le justiciable des juges ». Sur les pages quadrillées, elle proposera l’inscription de « l’avenir de la justice » à l’agenda du grand débat national, mis sur pied par le gouvernement pour désamorcer le mouvement des « gilets jaunes ». « On parle beaucoup de justice fiscale en ce moment, pourquoi ne pas aborder la justice tout court ? », interroge-t-elle.


L'actualité du moment !

Gestion des cookies

Ce site nécessite l'utilisation de cookies "traceurs" pour mesurer l'audience et offrir une experience utilisateur optimale. Vous pouvez à tout moment les accepter ou les refuser depuis notre page dédiée.


Erreur