Chargement en cours
Une question ?
Rejoignez-nous :
SELARL IKOS AVOCATS
  • 20 Rue Albert Thomas
    94500 Champigny-sur-Marne
  • 01 48 82 15 15
Voir en ligne

Pour ne manquer aucune de nos actualités ou évènements, inscrivez-vous à notre newsletter :

Merci d'avoir confirmé votre adresse email. Vous continuerez de recevoir nos actualités et offres promotionnelles.

REFORME DE LA JUSTICE

PROCEDURE CIVILE

Créteil : un cahier de doléances contre la réforme de la justice

Fanny Delporte et Corentin Lesueur

21 janvier 2019, 15h36 | MAJ : 21 janvier 2019, 15h54


Créteil, ce lundi. Nouvelle mobilisation des avocats du Val-de-Marne qui ont ouvert un cahier de doléances à destination des "justiciables". DR

Particuliers et professionnels peuvent consigner leurs récriminations contre le texte, voté mercredi à l’assemblée nationale.

A midi, les grandes pages d’écoliers restaient vierges. Les avocats du barreau du Val-de-Marne, vent debout contre le projet de loi justice, veulent pourtant en faire le nouveau relais de leurs doléances, alors que le vote solennel de la réforme est prévu mercredi à l’assemblée nationale. Professionnels et particuliers peuvent désormais consigner leurs récriminations dans le cahier ouvert lundi au TGI de Créteil, à l’issue du « petit-déjeuner », rendez-vous hebdomadaire instauré en opposition au texte défendu par Nicole Belloubet.

Présente à la réunion, Me Isabelle Kistner préfère retenir les six feuilles de signatures glanées en soutien à leur pétition. « Ça ne suffit pas d’avoir les justiciables avec nous », tempère l’avocate, qui a constaté qu’ils étaient « très peu informés de cette réforme ».

Me Fatma Hajjaji n’a pas encore pris la plume, mais ça ne saurait tarder. L’avocate tonne contre « l’opacité dans les informations divulguées » sur une « réforme qui va éloigner un peu plus le justiciable des juges ». Sur les pages quadrillées, elle proposera l’inscription de « l’avenir de la justice » à l’agenda du grand débat national, mis sur pied par le gouvernement pour désamorcer le mouvement des « gilets jaunes ». « On parle beaucoup de justice fiscale en ce moment, pourquoi ne pas aborder la justice tout court ? », interroge-t-elle.


L'actualité du moment !

Le non-paiement d’un mois de salaire constitue un motif suffisant pour justifier d’une prise d’acte aux torts de l’employeur

Gestion des cookies

Ce site nécessite l'utilisation de cookies "traceurs" pour mesurer l'audience et offrir une experience utilisateur optimale. Vous pouvez à tout moment les accepter ou les refuser depuis notre page dédiée.


Erreur